• Où le courant nous mène.

    Finalement, j'aime pas. J'imagine presque la mousse verte dans tous les coins et les murs recouverts de lierre. C'est pas si beau. Et on retombe dans la métaphore. Dans l'attente et dans le dégoût. Faut juste se dire qu'ailleurs c'est pas si moche, que la honte est un peu moins au rendez-vous. Moins de présence. Plus doux et plus frais. Appuyer plus fort en espérant le tenir éteint plus longtemps. Pire qu'une gamine tentant de cacher les lumières sur les murs. Mes histoires me font peur, en parler pire encore.

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    J'ai déjà oublié ce que je voulais dire. Tant pis, c'est pas si mal comme ça. Ca va revenir, sans doute.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :