• La tete dans le lavomatique.

    Je sais que ça sonne creux quoique je fasse. Faudrait faire quoi, au juste, pour avoir des réponses. Arrêter de penser être toujours une gamine et arrêter de faire la conne quand les choses ne tournent plus si rond. Arrêter de faire la conne est trop compliqué, arrêter de faire la gamine est trop emmerdant. Je dois suivre mes cours, m'occuper d'une gamine mutante, passer le permis, travailler et oublier, mais tout ça est trop dur. Surtout les derniers points. Je peux faire semblant que tout roule comme sur des roulettes, mais la vérité est que j'y pense à chaque instants, que ça me ronge et que je ferme ma gueule, une fois encore. A quoi bon l'ouvrir, je me dis. Encore une fois foncer droit dans le mur, tendre l'autre jour et espérer que ça va changer. Mais ma pauv'fille t'as rien compris, ça changera plus maintenant.

    Alors je suis mes cours en me disant que c'est pas pour moi, que c'est trop dur, que c'est du temps de perdu, que j'y arriverai jamais, qu'ils avaient raison. Je m'occupe d'une gamine en rêvant de lui mettre des tartes pour qu'elle arrête de hurler comme un mouton qu'on égorge. Je passe le permis en l'évitant. Je travaille comme si je pouvais en crever. Je crois que je vais oublier si je fais tout ça. Alors je fonce et je m'occupe comme je peux. Je regarde cette gamine la morve au nez qui me dégoûte, que je voudrais plonger tete la premiere dans un grand bain à l'eau de javel. Mais je prends le mouchoir et je la mouche sans regarder pour pas lui gerber dessus. J'essaie de faire des fiches pour capter quelques choses au chinois qu'on m'enseigne, mais la tete ailleurs me fait ecrire mot pour mot ce que je relis sur mes feuilles. Je vais à des soirées qui puent tout en sachant que le lendemain je serais pas plus entourée de gens bien que la veille. Mais j'y vais avec des filles que je connais à peine et à qui je fais déjà confiance, parce que je suis conne naive ou blasée d'être blasée, parce que je me dis que maintenant je peux au moins me payer le luxe de sortir jusqu'à pas d'heure quand ça me chante.

    Je commence à comprendre le sens du mot volonté et combien c'est difficile d'en avoir.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :