• Jouer aux billes sur l'autoroute.

    Je ne sais pas quoi en faire. Je réponds à des questionnaires qui au final me semblent un peu trop intimes. Ca me fout les boules. L'impression d'être disséquée, sous un microscope. Je mens un peu, je mens beaucoup. Histoire de mieux faire passer la pilule. Je prends conscience de moi. Ahah. Ce que c'est drôle d'un coup. Si j'avais besoin de ça. Je ne retiens rien, je réponds oui. Je dis que ça ne me préoccupe pas, je dis que je ne m'auto analyse jamais. Je dis que je me fous bien de l'opinion des autres. Et que les choses matérielles, c'est extrêmement important. Que je ne me trouve ni moche ni jolie, que je m'accepte comme que je suis, que je n'aimerais pas être quelqu'un d'autre. Que la famille c'est tout rose, que les amis c'est chouette en toute occasion, et que c'est plus agréable de sortir faire de nouvelles expériences (?) plutôt que de rester chez soi. Si je le dis.

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    L'un s'amuse à m'envoyer des proverbes à l'eau de rose, histoire de je ne sais quoi. Prouver, partir, supplier. L'autre s'amuse à m'envoyer chier. Sourire, repousser, dégueuler. M'envoyer chialer pendant qu'il dit pause, j'veux aller pisser. Connards. Y'a pas trente-six mots qui me viennent à l'esprit. Mettre tout ce petit monde dans le même sac et les regarder s'y débattre. Tu crois que c'est marrant, mais non. C'est à chialer d'ennui.

    <o:p> </o:p>

    Pour l'instant. Je réécris. Lire dans un bus ne file plus mal au cœur. Y'a déjà tellement de chose qui le font parfaitement. Je m'enferme autant que je peux, surtout quand une dizaine, trentaine, centaine, de personne sont là. J'ai préféré dire le désaccord plutôt que de fermer ma gueule. J'aurais mieux fait de faire comme toujours, la boucler. Tourner, retourner, questionner.

    <o:p> </o:p>

    Les questions défilent. Les rires filent. Les gens se défilent. C'est comme ça. Les jours passent et la vie se transforme en une pelote de laine, du jour au lendemain. Sans personne pour te retenir, au bout du bout. Réaliser.


  • Commentaires

    1
    AhHa
    Mercredi 14 Mars 2007 à 08:41
    (:
    Deux personnes, pendant que l'un et l'autre ca fais une personne en trop.Je vois qui est celui qui envoie des proverbes a l'eau de rose est vraiment bête il aurait du voir que c'est celui qui qui te fais mal en t'envoyer chier avec un sourire qui compte.Que c'est lui vers qui t'es attiré.Ne quitte pas celui que t'aime pour celui qui te plais car celui qui te plais te quitera pour celle qu'il aime.Il aurait du voir que l'autre n'était pas une simple personne nouvelle de la fac mais bien une personne avec qui tu était deja lié.Zut alors (:
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :