• Et lentement, chuter.

    C'est comme un gouffre qui s'ouvre sous mes pieds. Pas de fond, nulle part où atterrir. Pas de douceur. Les mensonges sont cruels. Leurs bras s'enfoncent dans mes entrailles, me chopent, me pincent. Me tordent. Je ne ressens plus qu'une douleur parsemée de haine et d'incompréhension. Pourquoi ? La violence des non-dits surpasse celle des mots. Je me terre dans mon silence. Dans ma haine. Je ne me reconnais plus. J'ai la sensation d'une folie qui m'envahit. Elle me fait peur. Je passe mes journées a me questionner. A éplucher. A constater. A pleurer. A haïr. Je suis perdue dans un océan de mensonges. "Il n'y a que toi". "Je suis transparent avec toi". Combien de fois j'ai entendu ces paroles, combien de fois j'ai constaté qu'elles n'étaient que de la poudre aux yeux ? J'ai trouvé un de ces hommes qui n'aiment pas les femmes. J'ai cru que je ne pouvais pas trouver pire. J'ai eu tord. Et maintenant ? Je crois que je ne peux pas trouver pire. J'ai peur d'avoir tord.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :